Vientian et ses alentours à visiter

Vientian et ses alentours à visiter:

WAT SISAKET: Edifié entre 1819 et 1824 sur l’ordre du roi Anouvong, Wat Sisaket est le plus ancien temple bouddhiste de Vientiane. Chaque année, le roi y recevait le serment de fidélité des fonctionnaires.

En 1827, les Siamois mirent à sac la ville de Vientiane. Seul ce temple fut épargné, sans doute en raison de son style typiquement thaï dont s’étaient inspirés ses bâtisseurs. Ce temple possède une unique nef qui s’élève au centre d’une cour entourée d’une galerie, disposition inspirée de l’architecture thaïe. Malgré la désertion de la ville tout au long du XIXème siècle, l’activité religieuse s’est poursuivie.

Ce monastère comprend un ensemble de bâtiments bien conservés : une bibliothèque où étaient déposés les manuscrits (Ho Tai), les logements des religieux, bonzes et novices (kouti), les monuments funéraires ou commémoratifs (that ou stûpa), un cloître abritant une riche collection de statues de Bouddha ainsi qu’un sanctuaire dont les peintures murales sont les plus anciennes de Vientiane (sim).

La pagode a un superbe plafond à caissons et des murs décorés de fresques polychromes représentants des scènes de la vie du Maître. Le grand bouddha assis est protégé par un génie de la Terre, ainsi que les deux bouddhas debout en bronze, personnifiant le roi.

Le sanctuaire est entouré d’un cloître percé de quatre portes à pignons. Celui-ci abrite de nombreuses statues de bouddhas de style laotien (en terre cuite, bronze, bois), datant du XVe siècle au XIXe siècle. Un amas de statuettes endommagées et à moitié fondues lors de l’incendie de 1828 s’offre également à la curiosité du public.

La bibliothèque, de style birman, contenait des manuscrits d’une valeur inestimable, détruits pendant le sac de la cité.

 WAT SISAKET

PONT DE L’AMITIÉ: e pont de l’Amitié Lao-Thaïlandaise est le premier pont sur le bas cours du Mékong et le premier à traverser le fleuve entier, en reliant la ville de Nong Khai en Thaïlande avec Vientiane. Mesurant 1170 mètres de long, ce pont est à la fois routier et ferroviaire.

Le pont de l’Amitié Lao-Thaïlandaise est un pont transfrontalier sur le Mékong, qui relie la Province et la ville de Nong Khai en Thaïlande avec Vientiane au Laos depuis son inauguration en 1994. Auparavant la traversée se faisait par bac.

Ce pont possède deux voies routières de 3,5 m de large. Chose étonnante  des feux de circulation au milieu du pont permettent un changement du sens de la circulation : car côté thaïlandais, les véhicules roulent à gauche sur le pont (comme au Royaume-Uni), tandis qu’ils roulent à droite côté Laos (comme en France).

Bien qu’il comporte deux voies piétonnes de 1,5 m de large, il est interdit aux piétons. C’est une navette de bus qui fonctionne entre les postes frontières laotiens et thaïlandais qui assure le transfert.

STUPA LUANG

STUPA LUANG: Le Pha That Luang (grand stûpa en laotien) est un monument bouddhique situé à Vientiane. Monument religieux le plus sacré du pays, il est censé contenir un cheveu de Bouddha. Il figure sur les armoiries du Laos et ses billets de banque.

Ce stupa quadrangulaire entièrement doré fut édifié en 1566 par le roi Setthathirath lorsqu’il installa la capitale du royaume à Vientiane.

Toutes les villes et villages au Laos en ont une copie.

PATOUXAI: Le Patouxai est connu sous le nom d’”Arc de Triomphe” (aussi appelé Anousavali en laotien) qui est un monument à la mémoire des victimes de la guerre au Laos. En haut, vous pourrez profiter d’un  beau point de vue sur la capitale de Vientiane.

Ce monument a été érigé en 1958 à la mémoire des victimes de la guerre au Laos, le Patouxai se trouve à l’extrémité de l’avenue Lan Xang, appelée populairement les « Champs-Élysées de Vientiane » du fait de sa ressemblance avec l’Arc de Triomphe Parisien.

Ce monument porte un drôle de surnom : « piste verticale ». Ce surnom vient du fait que ce monument fut achevé en 1962 avec du ciment donné par les Américains pour la construction de l’aéroport. TEMPLE ROYAL DE HAW PHA KAEW

TEMPLE ROYAL DE HAW PHA KAEW: Le Haw Pha Kaew (ou bien Vat Phra Kèo) est un édifice religieux important de Vientiane. Cet ancien temple royal a été construit au XVIème siècle sous le règne de Setthathirat pour abriter le Bouddha d’Emeraude. De nos jours, il est devenu un musée d’art religieux avec une superbe collection de 10000 Bouddhas en bronze et une exposition d’objets d’art sacré.

Le Haw Pha Kaew a été construit en 1565 sur les ordres du Roi Setthathirat afin d’abriter le fameux Bouddha d’Emeraude, objet de nombreuses convoitises en Thaïlande et au Laos…

Le Bouddha d’Emeraude est une statue de jade avait été ramenée de Chiang Mai (en Thaïlande) jusqu’à Luang Prabang, alors capitale du Laos, par le Roi Setthathirat. Par la suite, lorsque la capitale a été transférée de Luang Prabang à Vientiane, le Bouddha d’Emeraude a été transporté à Vientiane et abrité au Haw Pha Kaew.

Complètement détruit avec la mise à sac de la ville par les Siamois, ce temple a dû être reconstruit quelques années plus tard, avant d’être une fois de plus complètement rasé, toujours par les Siamois, en 1828 !

Le temple a été reconstruit pour la dernière fois grâce à l’aide des Français entre 1936 et 1942. De nombreuses statues et sculptures bouddhiques, dont certaines sont très rares, sont abritées dans le bâtiment principal. PARC DE BOUDDHA

PARC DE BOUDDHA: Situé à 24 km du centre-ville de Vientiane au bord du Mékong, ce parc public est absolument mystérieux. Il expose une multitude de sculptures de différentes tailles et formes qui représentent Bouddha.

Xieng Khuan (Bouddha Park), fut réalisé en 1958 par un chaman-prêtre-yogi qui voulait fusionner les philosophies, les mythologies et l’iconographie hindouiste et bouddhique. Et le résultat est assez étrange.

On retrouve ainsi des sculptures en ciment représentent plusieurs divinités des deux religions évoquées: Shiva, Vishnu, Arjuna ou encore le Bouddha.

Ce site reste totalement divertissant et vaut vraiment le détour. Un parc similaire à celui-ci existe à Non Khaï.

Laissez votre commentaire (Only in french)